Le nanomonde, une arnaque transhumaniste

Débat organisé le 2 décembre, dans les locaux de la Mairie du 2e arrondissement.

Avec Sarah Dubernet

Infirmière, titulaire d'un master de santé-environnementale et ayant mené une expertise indépendante sur les nanotechnologies.

Voir l'affiche

La chimie de synthèse et le nucléaire sont, depuis le début de leurs extensions respectives, présentées comme essentielles au confort, à la santé et à la sécurité des populations humaines, végétales et animales.

Les critiques croissantes de chercheurs aussi bien que de la société civile ne permettent plus désormais de présenter ce type de développement industriel comme uniquement "bienfaisant". Depuis le début des années 2000, les grandes puissances économiques mondiales ont donc décidé de verdir leur image en tenant les mêmes promesses mais avec, cette fois, la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies et du numérique comme étant des solutions à tous problèmes posés : médecine toute puissante, agriculture plus performante ou encore lutte contre le terrorisme.

Les nouvelles technologies, comme les anciennes, viennent une fois de plus à notre secours, peu importe si les nuisances qu'elles engendrent rajoutent une couche aux problèmes déjà posés par cette technicisation outrancière du monde.