L’évolution du rapport de l’humain à l’objet

Conférence-débat organisée le jeudi 18 avril 2019, dans les locaux de la Maison de la Vie Associative et Citoyenne du 12e 

Intervenant : Sylvain Rey - formation d'archéologue

Voir l'affiche

« L’œuvre de nos mains fabrique l’infinie variété des objets dont la somme constitue l’artifice humain. » (Hannah Arendt, in Condition de l’homme moderne). L’objet est justement l’élément de base de l’archéologie en tant que discipline, dans laquelle il est aussi connu sous le nom d’artefact, un matériau fabriqué.

On peut placer la naissance du genre Homo justement à partir du moment où celui-ci commence à fabriquer des outils. L’objet fabriqué serait-il donc un des critères de ce qui fait notre humanité ? Ces objets, ou artefacts, qui sortent de terre sont nos plus précieux indices nous permettant de reconstituer le mode de vie de nos ancêtres. Mais nous pouvons aller plus loin. Liée à l’anthropologie et à la philosophie, l’archéologie peut nous permettre de reconstituer les modes de pensée ayant présidé à la fabrication des objets du passé. On peut dire que les schémas de l’esprit d’une époque donnée s’impriment dans les productions de celle-ci. Que veut dire « fabriquer » ? Qu’est-ce qu’un objet ?

Avec l’aide de penseurs, d’anthropologues et de philosophes tels qu’Hannah Arendt, Günther Anders, Tim Ingold, François Sigaut ou encore Matthew Crawford, nous tenterons de répondre à ces questions en nous appuyant sur quelques exemples concrets et significatifs allant du Paléolithique jusqu’à nos jours, du biface à l’ordinateur numérique actuel en passant par la métallurgie et les premières machines à calculer.

Dans ce cadre, nous nous poserons la question : l’ordinateur est-il la suite naturelle des premiers outils en silex, parachevant une évolution et un progrès technique sans heurts, ou doit-il au contraire être considéré comme quelque chose d’autre, qui ne serait même plus vraiment un objet ? La thèse présentée lors de cet exposé penchera pour la deuxième option.