Technoscientisme

un instrument idéologique pour dominer le monde

Conférence partagée organisée le jeudi 15 février 2018, dans les locaux de la Mairie du 2e arrondissement

Intervenant : Juan ROY de MENDITTE - Philosophe

Voir l'affiche

Juan commence sa conférence par un jeu de rôles montrant qu'il faut rester méfiant dès qu’un scientifique (même un prix Nobel) est affirmatif sur un sujet qui est en dehors de son domaine de compétence, plus particulicilièrement si cela touche à la politique. Tôt ou tard il y aura un risque de dérive.

De cet argument d'autorité mis en avant par ceux qui « comprennent » - les plus intelligents - il s'ensuit l’obéissance ou l’adhésion à leurs opinions et décisions. Pour obtenir cette adhésion ou acquiescement, ceux qui savent et comprennent utilisent un jargon théorique et savamment chiffré, spécifique à leur domaine, ou encore une vulgarisation réductrice.

Prendre conscience des différents niveaux ou complexité du discours

  • Théorique avec un discours formel et mathématique
  • Descriptif, protocolaire et interprétatif
  • Vulgarisateur avec des approches soit philosophique – qui interprète le contexte -, soit sociopolitique, soit éducatif

Présentation d’un dessin avec le texte : Nous avons besoin d’un nouveau jargon, le public commence à comprendre ce que l’on dit.

Façons de voir et de faire le monde :

On peut caractériser notre rapport au monde par une prépondérance d’influence et d’action.

  • Spirituellement par la révélation
  • Artistiquement par la création
  • Techniquement par la réalisation
  • Scientifiquement par la découverte

On peut présenter  par exemple une chaise sous ces 4 angles de vue, par quatre images (le fauteuil d’un pape, un tableau figuratif, un plan de fabrication sous différentes vues, la représentation des liaisons entre atomes constituants). On se rattache toujours à l’un de ses modes pour voir ce qui nous entoure.

La science est un domaine exclusif de la connaissance progressant à l’aide de méthodes rigoureuses :

  • Définir, catégoriser et formaliser la relation des objets par abstraction des choses et recherche d’invariants
  • Empiriquement avec 4 stades, abstraire, problématiser, expérimenter, théoriser

Quelle que soit la méthode, il y a toujours un phénomène de boucle dans le temps, comme un recommencement de la démarche vers la « connaissance ».

L’accumulation des données par l’observation a permis l’élaboration des premières « vérités », comme pour l’astronomie par les anciens. Aujourd’hui, beaucoup de temps est passé dans l’analyse des données issues du Big-Data, où les conclusions et règles ne sont que statistiques (NDR).

Les premières étapes de l’évolution

Dès l'apparition des villes, se développent en parallèle des besoins d'organisation et de construction. Les savants vont se mobiliser. Ces besoins d'organisation ont suscité la recherche de solutions et de méthodes de mesure concernant par exemple l'arpentage et le calendrier dans l'agriculture, ou la construction de bâtiments. La « curiosité » a aussi poussé l’humain à comprendre le monde, l’inconnu. Les  premières civilisations ont progressé par l’observation sur des temps longs.

  • La Mésopotamie (-3500/-1700 ans) avec le début de l’écriture. Le commencement de l’urbanisation avec la nécessité de rationalité dans le développement comme pour l’agriculture, les échanges commerciaux, l’architecture, ...
  • L’Egypte (- 3100/-700 ans)
  • La Grèce avec ses philosophes hérite du savoir de la Crête, et apporte la démonstration, notamment par l’absurde, comme mode de raisonnement. Quelques noms : Thalès (la géométrie), Pythagore (tout était nombre), Platon (Les idées pures sont la réalité suprême ; la réalité une dégradation de ces idées). Les Grecs ne faisaient pas d’ingénierie, mais on retrouve en 1970 la machine d’Anticythère datée de -300 à -100 ans, qui permettait de calculer le positionnement des  planètes. Ce mécanisme est considéré comme le premier calculateur analogique. Archimède en était peut-être l’inspirateur, comme de la vis du même nom.
  • La civilisation romaine s’appuie sur les connaissances des Grecs, pour faire de l’ingénierie.
  • La civilisation arabo-musulmane s’inspire des connaissances indiennes pour la représentation des nombres « arabes ». Mise en place des maisons de sagesse.
  • A travers le monde musulman, l’Inde des maitres de l’abstraction, développée dans un contexte religieux, nous a légué le système numérique actuel : dont le zéro, la numération décimale et de position.
  • La chine, découvreuse aussi de nombreuses formules mathématiques, fut à l’origine de nombreuses inventions comme la poudre, la céramique, le papier, le principe de la machine à vapeur, la brouette, l’imprimerie, le métier à tisser, le gouvernail, l’horloge à échappement …

Ces civilisations ont su développer les premières formulations et outils mathématiques permettant la production d'objets et de systèmes.

La renaissance depuis le moyen âge

On pourra citer :

  • Gerbert d’Aurillac (938 à 1003) devenu pape s’inspira du monde arabe et tenta d’imposer le calcul arithmétique en Europe à la place du calcul à l’abaque (boulier)
  • Les croisades permirent de faire remonter de nombreuses connaissances scientifiques en Occident
  • Thomas d’Aquin imposant Aristote à la place de Platon
  • Copernic remettant en cause la terre au centre du monde
  • Bacon (1561 à 1626) défend l’expérience scientifique pour prouver les modèles
  • Galilée : les mathématiques sont le langage de l’univers
  • Descartes voulant contrôler le monde chaotique, avec la mise en place du rationnelle l'homme maitre et possesseur de la nature
  • Newton mettant en place le calcul différentiel, les effets de la gravitation et sa formulation
  • La mise en place des académies en europe

Le XIXe : siècle de l’apothéose

  • La philosophie naturelle est remplacée par la science de la nature. On rentre dans l’ère du calcul plutôt que la description
  • La révolution industrielle avec la professionnalisation des scientifiques ; auparavant ils étaient indépendants comme des artisans
  • Pie IX dénonce les méfaits du progrès pour ses effets destructeurs des humains face au travail et la mortalité industrielle (les enfants morts au travail)

La science a pu se développer en s'intéressant précisément à ce qui ne relevait pas du champ religieux

Les raisons du succès de la science

En s’intéressant aux objets, elle s’éloigne de l’humain.

Elle porte son regard à des niveaux différents :

  • Mégascopique (le Cosmos…)
  • Microscopique (les microbes, les molécules et les ondes)
  • Mécanique (la physique, l’ingénierie)

Et connaître la dimension humaine, c’est la changer. Un optimisme affiché :

  • Il n’y a pas de problème que la science ne puisse résoudre - Marcellin Berthelot
  • La science physique forme aujourd'hui, pour l'essentiel, un ensemble parfaitement harmonieux, un ensemble pratiquement achevé ! – Lord Kelvin

Les fondements récents

  • La relativité d’Einstein avec le concept d’espace-temps et de l’impact de la gravitation
  • Le principe d’Heisenberg qui peut se simplifier en disant « on ne peut connaître en même temps la vitesse et la position d’une particule »
  • La physique quantique
  • Les théorèmes d’incomplétude de Gödel
  • Le chat de Schrödinger (1935) : deux « réalités » superposées
  • La théorie du chaos, avec l’imprédictibilité et la sensibilité aux conditions initiales
  • Les sciences Studies introduisent l’influence du caractère social dans la construction de la science
  • Les sciences cognitives, la complexité mis en jeu
  • L’informatique, le résultat des calculs qui nous échappe, on n’arrive plus à remonter à l’origine des sources. Les résultats obtenus sont incalculables rétroactivement.

Les méfaits de la science

Hannah Arendt nous prévient « La vérité de raison est différente de la vérité de fait ». Nous devons être attentif face aux différents paradigmes proposés :

Concept de l’unité absolue

Le calcul alternatif ou de représentation est une source de confusion :

  • 1+1=2
  • 1+1=0 représentant une annihilation
  • 1+1=1 représentant une fusion
  • 1+1=3 représentant une coproduction ou synergie, comme par exemple la 3ème personne dans le couple, c’est le couple comme un « être » globalisant

Problème de la croyance en la science : on part toujours avec des axiomes de base et qui détermine un cadre donné de vérité. Mais il est nécessaire de sortir d’un cadre donné pour élargir le champ de vérité.

Approche du tiers exclu : une chose est soit vraie, soit fausse. Exemple d’une ethnie qui utilisait l’approche du « trop » ou « pas assez » pour déterminer le bon choix et n'utilisait pas de nombre supérieur à quatre dans ses pratiques du quotidien.

Des questions à résoudre

  • Quelle est la dimension de notre monde liée à notre perception et compréhension (3,4 ou 10 …)
  • Quelle est l’énergie du « vide quantique »
  • L’intrication quantique et son interprétation - le comportement identique et simultané de deux particules séparées -
  • ...

Conclusion

On citera les normes éthiques de Merton : universalité, communalisme, désintéressement, scepticisme.

La neutralité de la science, qui peut être autant idéale, humanitaire, mobilisée, qu'instrumentalisée.

Théorie des 3P :

  • Potentiel, représenté par les institutions, les personnes, les familles, la recherche fondamentale …
  • Puissances, représentées par l’armée, l’industrie, les médias, la R&D …
  • Pouvoir, représenté par les gouvernements, Etats majors, conseils de direction, oligarques …

La science est déboulonnée dans les années 80 par la technique (immersion dans le système technicien).

Que pense la science en présence des différentes idéologies ?

La communication de la science est portée par un marché fermé des prescripteurs, influencée par des décideurs et des lobbys.

Présentation d’une image montrant les activités tournant autour de l’agriculture et de ses produits bruts, avec une myriade d’intervenants comme les Datacenter , les hôpitaux, le marketing, … et posant la question : A quoi sert la technologie ? ... est-ce aussi un système de production financière ?

Les subventions de la recherche et développement : les USA avec 368 Md$, dont 268 viennent du privé et 180 sont destinés au militaire

Projet exit avec la politique du « hors la »

  • Hors racines culturelles - l'impact du mondialisme et des réseaux de diffusion
  • Hors utérus - naissance in vitro
  • Hors cerveau - enregistre
  • Hors planète avec la terraformation de Mars
  • ...

Mise en parallèle de deux photos, l'une montrant l'accélérateur ATLAS où l'on détecte le boson de Higgs (issu de pensées et de calculs très précis), l'autre avec le portrait du président Bush fils (représentant d’une politique sans réflexion sérieuse)

Quel projet de société pouvons-nous mettre en place face à l'évolution des différents paradigmes ?