Notre-Dame des Landes, l’Etat et les techniques

L’association Technologos créée il y 6 ans pour contribuer à la mise en débat des choix techniques dominants et contester les évolutions mortifères du monde industriel et de ses technoscience apporte son soutien total aux zadistes et dénonce la violence en cours de l’Etat technocratique. Nous avions été accueillis en juillet 2015 à NDDL pour débattre de la question de l’Etat, des raisons qui expliquent qu’il sacrifie si souvent l’intérêt général des peuples à celui des grands groupes industriels (comme l’entreprise Vinci) et peine à prendre en compte l’ampleur des enjeux écologiques contemporains. Au-delà de l’aéroport et de son monde que la mobilisation courageuse des zadistes est parvenue à contrer, l’aventure de la ZAD contribua à mettre en débat et rendre visibles des enjeux trop souvent dissimulés, en particulier à l’époque du gouvernement libéral d’Emmanuel Macron soucieux de transformer la France en « start up Nation ».

Avec beaucoup d’autres nous pensons que les maux dont souffrent la planète et nos sociétés hyperindustrialisées sont le fruit de trois mécanismes qu’il faut contrer en soutenant la pérennisation des expérimentations à notre Dame des Landes. Tout d’abord le productivisme et l’idée folle et suicidaire que l’on peut à l’infini puiser dans les ressources de la planètes et consommer le monde; en second lieu le culte d’un progrès technique conçu de façon simpliste et la croyance éperdue en « l’innovation » qui constituerait la garantie du bonheur pour l’humanité ; enfin l’illusion politique considérant que tous les problèmes collectifs doivent être délégués à une structure centrale censée « représenter » les citoyens, et qui leur permet de se déresponsabiliser : l’Etat.

Aujourd’hui, des milliers de personnes tentent de vivre de façon différente et autonome, d’inventer d’autres rapports au monde moins prédateurs. Notre Dame des Landes est l’un de ces lieux où s’inventent des alternatives concrètes et des expérimentations vivantes, des centaines de personnes souhaitent y vivre librement et en toute sérénité. Pourquoi les en empêcher ? Et qui sont-ils ? Des gens pacifiques et authentiquement soucieux de préserver la planète en cultivant la terre sans la polluer par les engrais et les pesticides, sans l’épuiser par l’application de technosciences irresponsables.

Le crime dont les accuse le Président des riches est de ne pas disposer d’assez d’argent pour devenir propriétaire des terres et de refuser d’accepter les règles d’une technocratie gestionnaire. Alors qu’il n’y a plus véritablement d’enjeu économique là-bas, plus aucun projet d’aéroport, on ne peut comprendre le sens de la brutalité des milices de l’Etat, son « monopole de la violence », qu’en saisissant à quel point il est le gardien d’une vision du monde dépassée et d’un ordre social mortifère. Alors que cet Etat soutient et finance de multiples start-up censées construire un avenir fait d’automatisation et d’artificialisation du monde et de nos vies, il réprime et refuse les expérimentations collectives de ceux qui ne demandent rien d’autres que le droit de vivre comme ils l’entendent, sur des terres qu’ils occupent depuis déjà des années.

La politique du gouvernement est anachronique et autoritaire, elle accélère une fuite en avant dangereuse. Au lieu de chasser violemment les zadistes de NDDL il faut soutenir et encourager partout la multiplication de ces expérimentations et initiatives, seules lueurs d’espoir dans un monde qui s’achemine de plus en plus vers l’effondrement social et environnemental.